/// la cuisine gauloise: toute une histoire ///

Publié le par GRAPA



Etudier la cuisine et les coutumes alimentaires des Gaulois est loin d'être aisé. Ce domaine d'étude est à vrai dire confronté au même problème que l'ensemble des recherches touchant à la civilisation celtique: l'absence de source écrite.

Nous ne le savons que trop bien, les Gaulois rechignaient à l'écriture et nous ne pouvons nous vanter de disposer de livre de cuisine celtique comme on en possède pour le monde romain (aaah Apicius...). Et oui tradition orale oblige, les cuisinières peuvent reposer en paix, leurs recettes resteront secrètes... au grand dam des chercheurs!

Cependant, certains auteurs classiques, grecs et latins, nous rapportent dans leurs oeuvres quelques anecdotes sur l'alimentation gauloise. Ils énumèrent certaines spécialités et de très rares recettes tel ce fameux poisson grillé au vinaigre et au cumin dont nous parle Posidonios.

Prudence! Les classiques ont souvent une vision tronquée des choses. Polybe rapporte l'image de Gaulois avachis sur des litières, ne mangeant que de la viande alors qu'on sait maintenant que les céréales et les légumineuses prédominaient fortement dans l'alimentation gauloise.

Heureuseusement, la langue gauloise est encore partie connue grâce aux nombreux noms propres et toponymes qui sont parvenus jusqu'à nous, de même que certains graffiti. En attendant d'éplucher ses radis noirs, l'apprenti cuisinier, pourra se lancer dans un fin décorticage de ces mots...

Enfin, on pourra toujours demander aux archéologues d'aller faire les poubelles...

En effet, ces valeureux scientifiques ne rechignent pas à sortir de terre les restes de repas. Le céramologue essayera de tirer des informations des tessons récupérés tandis que l'archéozoologue se penchera sur les restes osseux. Avec un peu de chance, ce dernier pourra déterminer quel type de viande était consommé, l'âge d'abattage des bêtes et même les modalités de découpe bouchère et de cuisson!

Pour finir, le recours à des sciences annexes comme la palynologie (étude des pollens) et la carpologie (étude de graines et noyaux) offrent souvent de précieuses indications sur les espèces végétales consommées à l'époque.

A partir de ces diverses informations, nous connaissons les aliments consommés, les épices utilisées et les modes de cuisson des Gaulois. Hélas, aucune réelle recette à notre disposition!

Pour remplir notre chaudron, il nous reste donc que notre imagination...

Publié dans alimentation gauloise

Commenter cet article